Aller directement au contenu
voicilaFINLANDE

Vie & société

Le snow-how finlandais s’invite à Sotchi

Par Tim Bird, février 2014

Photo: Snow Secure
Jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2014, expertise finlandaise en gestion de la neige, snow-how, Mikko Martikainen, production et stockage de la neige, ski, Finlande
Le site des épreuves de saut à ski aux JO de Sotchi a nécessité le recours à l’expertise finlandaise en gestion de la neige ; cette photo montre le tremplin en cours de préparation.

Si les organisateurs des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi ont bon espoir que l’élément le plus essentiel à la pratique des sports d’hiver ne viendra pas à manquer lors des épreuves, c’est à une expertise finlandaise qu’ils le doivent.

L’histoire d’amour qu’entretient Mikko Martikainen avec la neige a commencé dès sa petite enfance, époque où il vivait à Varkaus, une ville de Finlande de l’Est. Plus tard, son goût inconditionnel pour la neige en est venu à prendre des proportions considérables : aujourd’hui, le succès des JO d’hiver de Sotchi, un événement dont l’organisation aura coûté 50 milliards de dollars et dont l’audience escomptée est de 3 milliards de téléspectateurs, dépend dans une bonne mesure de cet homme.

Connu comme le « Monsieur Neige » de Sotchi, Martikainen travaille comme consultant auprès des organisateurs des jeux avec pour champ d’intervention tout ce qui a trait au manteau neigeux et à la glace, apportant ainsi aux Russes une expertise finlandaise confirmée depuis longtemps dans ce domaine.

Tout voyageur qui a pris l’avion au départ de l’aéroport d’Helsinki en plein hiver pourra témoigner que les Finlandais connaissent leur affaire en matière de gestion des conditions hivernales. Acquis à force d’expérience du déneigement des tarmacs, du déglaçage des fuselages d’avions et plus généralement du maintien de la fluidité du trafic aérien par tous types de temps, le snow-how finlandais est aujourd’hui très demandé dans le monde entier.

Un plan d’intervention pour les JO

Vidéo: WSJ

« Après ma femme, la neige est le deuxième amour de ma vie. » Découvrez Mikko Martikainen dans cette vidéo du Wall Street Journal et écoutez-le exposer ses idées sur la production de neige artificielle.

« J’envisage la neige à partir de plusieurs angles différents, c’est pourquoi je crois que les services que je propose sont uniques en leur genre », nous dit Martikainen. Alors que le recours au canon à neige est une pratique aujourd’hui largement répandue pour créer de la neige artificielle dans les stations de sports d’hiver et sur les sites sportifs, il précise bien que les innovations que propose sa société Snow Secure sont à la fois économiquement rationnelles et écologiques.

Le plan d’intervention « neige » mis en place pour les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi fait appel au système de stockage de la neige de Martikainen, d’où une nouvelle mission venant s’ajouter à l’impressionnante liste de projets professionnels que sa société compte déjà à son actif.

« J’ai commencé le ski alpin à l’âge de 7 ans à peu près », se souvient Martikainen. « J’ai fini par participer à des compétitions et je suis devenu d’abord moniteur de ski puis finalement entraîneur de l’équipe nationale finlandaise de ski alpin. Début 2000, j’ai commencé à me focaliser sur la neige elle-même, ce qui m’a amené à réfléchir à différentes innovations en rapport avec la neige. »

Chemin faisant, notre homme a accumulé les références professionnelles, avec des expériences consistant notamment à produire de la neige en Afrique, concevoir des moules à blocs de neige pour un site de ski aux Etats-Unis, travailler sur la rentabilisation de la production de neige sur des équipements sportifs intérieurs finlandais ou apporter ses conseils pour le développement d’une station de sports d’hiver dans l’Himalaya indien. C’est toutefois au lendemain des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver de 2010, restés tristement célèbres pour le manque de neige criant qui avait marqué toute la durée de l’événement, que la détermination de Martikainen à relever des défis et œuvrer pour que la neige soit garantie trouva à s’exprimer pleinement.

« J’ai passé en revue les différents problèmes qu’il y avait eu en 2010, puis j’ai contacté le secrétaire général de la Fédération internationale de ski pour lui faire savoir que je pourrais peut-être apporter mon aide pour les prochains jeux d’hiver. J’ai dû commencer par localiser Sotchi sur une carte, car franchement je n’avais jamais entendu parler de cet endroit. Après quoi je me suis mis en relation avec le directeur sportif du Comité d’organisation des jeux avant de me rendre à Moscou en mai 2010, où j’ai fait mon offre de services à mes interlocuteurs russes. C’est comme ça que j’ai commencé à plancher sur un plan stratégique "neige garantie" pour les JO de Sotchi. »

Un décor tout blanc ou tout gris ?

Photo: Snow Secure
Jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2014, expertise finlandaise en gestion de la neige, snow-how, Mikko Martikainen, production et stockage de la neige, ski, Finlande
Les méthodes de stockage de la neige de Martikainen permettent aussi de rallonger la saison de ski. Sur cette photo, remarquez le skieur en manches courtes et l’herbe verte visible au premier plan.

Martikainen se mit donc au travail en commençant par analyser la situation, tâche d’autant plus délicate que les statistiques météorologiques pour Sotchi ne couvraient que les 20 dernières années. « Je suis arrivé à la conclusion que tous les doutes concernant la possibilité d’avoir de bonnes conditions de ski si près de la mer Noire et à une latitude égale à celle des Pyrénées, étaient en fait complètement sans fondement. Du fait de la vaste étendue du massif montagneux qui domine Sotchi, je me suis bientôt trouvé conforté dans mon idée que la décision d’y organiser les jeux était la bonne du point de vue de l’emplacement des sites olympiques.Il n’en reste pas moins que le temps dans le secteur de Sotchi peut être sujet à des variations rapides, parfois même imprévisibles, comme c’est d’ailleurs le cas par exemple justement à Helsinki. »

La neige tombera de toute façon toujours au-dessus de 1400 mètres, nous explique encore le Finlandais, les zones pouvant poser problème se situant par contre au-dessous de cette altitude. « Des hivers plus doux et plus humides peuvent s’observer à plus basse altitude. Il faut noter par ailleurs que le site olympique le plus proche du niveau de la mer est celui qui doit accueillir les épreuves de saut à ski et de combiné nordique (à savoir, une épreuve de ski de fond immédiatement suivie d’une compétition de saut à ski). »

« Notre plan d’intervention est donc prévu pour garantir l’enneigement des sites dans tous les cas, même si nous devions faire face cette année à l’hiver le plus chaud depuis 100 ans. Ce plan repose sur un système de collecte et de stockage de la neige avec des techniques d’isolation propres à Snow Secure. Nous avons pu ainsi nous constituer une réserve de 800.000 mètres cube à partir de la neige tombée l’hiver dernier. Sur ce montant total, il nous reste aujourd’hui 450.000 m³ de neige disponible, ce qui représente un empilement d’un mètre carré de neige sur une hauteur de 450 kilomètres. »

Avec son plan prêt à être déclenché très rapidement en cas de besoin, il n’est guère étonnant que Martikainen apparaisse détendu et confiant au sujet de la météo à l’interview qu’il nous a donnée à la veille de l’ouverture des JO. « Nous avons eu quelques chutes de neige, même s’il est vrai aussi que la température s’est élevée momentanément quelque peu au-dessus de 0°C. S’il faut en croire les prévisions, d’autres masses d’air froid sont annoncées. Cela dit, personne ne sait au juste le temps qu’il fera pour l’ouverture des jeux. »

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

Une snowboardeuse finlandaise très cool
Bon à savoir sur le ski en Finlande
La Finlande, maillot jaune en sport et activités physiques !

Lien

Snow Secure (en anglais)

Bookmark and Share

Rate this article:

average: 0 / total: 0

© 1995 - 2014, voicilaFINLANDE
Publié par Finland Promotion Board
Produit par le Ministère des Affaires Etrangères de Finlande, département communication et culture, et l’Ambassade de Finlande à Paris