Aller directement au contenu
voicilaFINLANDE

Affaires & innovation

Nokia et la Finlande, une évolution liée

Par David J. Cord, septembre 2013

Photo: Markku Ulander/Lehtikuva
Nokia, Microsoft, Finlandais, Finlande, Timo Ihamuotila, Steve Ballmer, Histoire, Innovation, TechnologieLe 3 septembre 2013, le géant des télécoms finlandais Nokia a annoncé la cession de sa division Téléphonie mobile à Microsoft.

La vente de l’activité Téléphonie mobile de Nokia doit se voir comme une étape dans l’évolution du groupe, mais aussi dans celle de la Finlande.

« Nokia a toujours affirmé sa capacité à se réinventer », tel a été le commentaire de Timo Ihamuotila, directeur financier de Nokia, à la conférence de presse organisée pour annoncer le récent changement d’orientation du groupe. L’idée d’un constant renouvellement s’applique en effet parfaitement à sa société : depuis sa création en 1865, Nokia a connu de nombreuses évolutions entre une première période où l’accent était mis sur l’industrie papetière jusqu’à sa récente spécialisation dans la téléphone mobile, en passant par la fabrication de câbles, de téléviseurs, puis de bottes en caoutchouc. Aujourd’hui, le groupe s’engage une fois encore dans une direction nouvelle.

Nokia a annoncé sa décision de céder sa division Téléphonie à Microsoft pour se focaliser dans l’avenir sur les infrastructures des réseaux mobiles et les services de géolocalisation et pour commercialiser les licences de ses très nombreux brevets. Les deux sociétés seront désormais très présentes en Finlande, chacune se concentrant sur son domaine spécifique.

Le nouveau Nokia

Photo: Pertti Jenytin/Lehtikuva
Nokia, Microsoft, Finlandais, Finlande, Timo Ihamuotila, Steve Ballmer, Histoire, Innovation, Technologie
A travers ses différentes activités successives, Nokia participe à l’histoire industrielle finlandaise depuis 1865.

« C’est positif pour la Finlande », nous déclare Eero Lehto, chef du service Prospective au Labour Institute for Economic Research d’Helsinki. « Nous avons de bonnes expériences avec Microsoft et avec d’autres acquisitions similaires qui ont eu lieu dans le passé. Il sera passionnant de voir si Nokia et Microsoft seront en mesure de développer de concert de nouvelles technologies en Finlande. »

Lehto considère comme une bonne nouvelle que Microsoft ait prévu de construire un centre de données en Finlande, imitant en cela une précédente initiative de Google. Ce projet réaffirme la vocation de la Finlande à être toujours demain un pays accueillant aux investissements dans les secteurs innovants en général, bien au-delà du seul secteur de la téléphonie mobile. Mais surtout, Eero Lehto envisage avec confiance les retombées favorables pour Nokia qu’appelle le récent accord avec Microsoft, estimant que la modification de l’objet de l’activité du groupe générera des profits conséquents.

« La division Réseaux de Nokia est très rentable », indique par ailleurs Lehto. « Cette division a passé un certain nombre de contrats juteux ces derniers temps, et à partir d’aujourd’hui elle disposera de ressources encore accrues. En outre, la division HERE qui regroupe les services de géolocalisation de Nokia est elle aussi particulièrement forte. »

Croissance de Nokia et dynamisme finlandais

Le changement d’orientation de Nokia invite à poser un regard sur l’histoire du groupe, ce qui ne peut qu’amener à remarquer le parallélisme entre l’évolution de Nokia et celle de la Finlande dans son ensemble. Jason Lavery, un universitaire américain attaché à l’Université d’Etat de l’Oklahoma et auteur du livre The History of Finland, relève que la période de forte croissance qu’a connu le groupe a coïncidé avec des changements majeurs pour la Finlande : c’est en effet pendant ces années-là que le pays a acquis sa réputation internationale d’acteur économique dynamique, créatif et sûr de lui-même.

« La montée en puissance de Nokia est intervenue au même moment où les Finlandais ont souhaité porter une femme à la présidence de la République, mais aussi où ils ont élu des monstres pour les représenter au concours Eurovision de la Chanson », commente Lavery respectivement en référence à l’élection de Tarja Halonen en 2000 et au triomphe du groupe Lordi à l’Eurovision de 2006.

Même si Tarja Halonen et Lordi étaient assez largement connus au niveau mondial, nombreux étaient ceux qui identifiaient plutôt la Finlande aux téléphones portables dont ils se servaient dans leur vie quotidienne. C’est donc la téléphonie mobile qui a cristallisé pour une large part l’image qu’on se faisait de la Finlande à l’étranger, même s’il faut remarquer que l’identité nationale est une notion en perpétuel renouvellement.

« L’identité nationale s’apparente à un être vivant, ce qui veut dire qu’on ne peut pas la considérer comme coulée dans le marbre », estime Lavery. « En 30 ans, j’ai vu les Finlandais présenter leur pays successivement comme un intermédiaire entre l’Est et l’Ouest, comme l’endroit le plus américanisé d’Europe ou encore comme la patrie des champions olympiques Paavo Nurmi et Lasse Virén, entre autres autoportraits. Les temps changent, et les pays changent eux aussi en parallèle. »

Une identité nationale qui transcende la vie économique

Photo: Timothy Clary/Lehtikuva
Nokia, Microsoft, Finlandais, Finlande, Timo Ihamuotila, Steve Ballmer, Histoire, Innovation, Technologie
Au-delà de la téléphonie mobile, la Finlande continue à être un pays accueillant aux investissements dans tous les secteurs innovants.

Teivo Teivainen, professeur de politique internationale à l’Université d’Helsinki, a bon espoir quant à l’impact des changements auxquels est confronté Nokia sur la perception de l’identité finlandaise. Souvent jusqu’ici, les gens associaient l’image de la nation finlandaise à la success story de Nokia ou aux différentes luttes qui ont eu lieu en Finlande pour la préservation de l’indépendance nationale, or l’occasion est venue aujourd’hui d’élargir ce point de vue.

« J’aimerais qu’on identifie davantage notre pays à l’initiative historique qui a été la nôtre de donner pour la première fois dans l’Histoire leurs droits politiques et civiques aux femmes, d’où la possibilité à l’époque pour les Finlandaises de faire acte de candidature à un emploi, entre autres. De même, l’organisation très performante de nos bibliothèques publiques est un autre exemple possible d’association d’idées favorable à notre pays. Nous sommes fiers de ces réalisations, mais il faut dire qu’elles sont trop rarement associées à notre identité nationale hors de nos frontières », conclut Teivainen.

A découvrir aussi sur voicilaFINLANDE :

Croissance rapide pour la Finlande, pas pour Nokia
Nokia a arrêté sa nouvelle stratégie : l’internet en poche pour tout le monde

Liens (en anglais)

Déclaration du ministre finlandais de l’Economie Jan Vapaavuori au quotidien The Guardian
Interview d’Alexander Stubb, ministre finlandais des Affaires européennes et du Commerce extérieur, à la chaîne CNBC
Une autre intervention du ministre J. Vapaavuori dans l’émission World Business Report de la station de radio BBC World Service

Bookmark and Share

Rate this article:

average: 0 / total: 0

© 1995 - 2014, voicilaFINLANDE
Publié par Finland Promotion Board
Produit par le Ministère des Affaires Etrangères de Finlande, département communication et culture, et l’Ambassade de Finlande à Paris