Aller directement au contenu
voicilaFINLANDE

Affaires & innovation

Des robots finlandais providentiels

Par Anna Leikkari, septembre 2012

Photo: ZenRoboticsZenRobotics, robot, recyclage, FinlandeUn prototype fait une démonstration de la technologie de tri des déchets ZenRobotics, ici en manipulant une balle.

ZenRobotics, une startup finlandaise en pointe en matière de réflexion sur l’environnement, se prépare à lancer des robots conçus pour nous préserver du risque de crouler sous les déchets.

Une enseigne monumentale placée sur le toit d’un immeuble proche de la gare centrale d’Helsinki signale le siège de la société ZenRobotics, une startup qui a déjà été l’objet de nombreuses distinctions professionnelles, dont un prix spécifique qui lui a été attribué à plusieurs reprises par les médias depuis la création de l’entreprise en 2007. Le produit phare de cette startup est un robot à l’intelligence évoluée, doté d’un « cerveau » s’inspirant du cerveau humain pour rendre les processus de recyclage des déchets plus efficaces que tout ce qui a jamais pu être imaginé à ce jour.

« Nous savons tous que le monde croule sous les déchets et que les ressources sont en voie d’épuisement », nous dit Jufo Peltomaa, le directeur marketing de ZenRobotics. Pourquoi ne consacre-t-on pas à la gestion de la fin du cycle de vie de tel ou tel produit la même énergie et le même professionnalisme qu’on met en œuvre pour concevoir le produit en question ? Pourquoi faut-il que le cycle de vie des produits s’inscrive dans une logique linéaire, et non pas circulaire ? Les usines produisent chaque jour à tout va un nombre incalculable de produits dont 98% finissent à la décharge publique moins de six mois après avoir été achetés. Or la plupart des matières, les métaux notamment, peuvent parfaitement être redirigés vers la production. »

Peltomaa a la conviction qu’après cinq années de développement et d’essais du produit révolutionnaire conçu par sa société, la domination des robots au niveau mondial est en train de devenir une réalité à très brève échéance : « Les robots n’appartiennent pas à l’avenir, ils sont déjà parmi nous », observe-t-il.

Certains signes pourraient bien indiquer que Peltomaa ne se trompe pas dans son analyse, comme le fait que plusieurs personnalités bien connues de la vie économique finlandaise aient choisi de rejoindre la société en sautant dans le train en marche, notamment Juho Malmberg, anciennement directeur Expérience Client chez Kone Corporation, venu tout récemment étoffer l’équipe de ZenRobotics ; de même, la signature récente de plusieurs gros contrats est un indice qui conforte le raisonnement de Peltomaa.

Une communication déjantée

Illustration: ZenRoboticsZenRobotics, robot, recyclage, Finlande
Pendant que les déchets défilent sur le tapis roulant, le robot transfère les éléments recyclables dans différents bacs.

C’est un euphémisme de dire que le site web, les communiqués de presse et les documents marketing de ZenRobotics sortent de l’ordinaire : notoirement, la démarche de la société consiste à véhiculer un message ironique. Par exemple, le contenu du site internet se réfère à l’équipe d’experts de la société comme à un « collège d’experts médicaux allumés, dont l’idée fixe est de dominer le monde » ; ailleurs, un passage cite un commentaire du PDG de la société qui se résume à l’onomatopée : « Rhhhââââ ! », supposée traduire un éclat de rire de maniaque…

Tout ceci pourrait prêter à sourire s’il n’y avait en toile de fond l’équipe d’experts travaillant pour ZenRobotics, à savoir des hommes et des femmes considérés comme des sommités dans leur domaine de recherche respectif et qui se consacrent le plus sérieusement du monde au développement d’un produit particulièrement utile, qui d’ailleurs n’a pas à ce jour de concurrent déclaré.

« Quand nous avons démarré ZenRobotics, nous avons mis à profit l’expérience pratique que nous nous étions faite chez The Hybrid Graphics, l’entreprise de haute technologie bien connue pour sa success story où je travaillais précédemment avec Tuomas J. Lukka, aujourd’hui programmeur en chef de ZenRobotics », indique Peltomaa. « Nous avons commencé par interroger environ deux cent clients afin d’évaluer dans quels domaines la robotique pourrait leur servir », explique Peltomaa. Des entreprises spécialisées en micro-assemblage aux chantiers navals, il s’avéra bientôt que tous avaient le même problème : que faire des objets que les robots ne parviennent pas à manipuler ou à reconnaître en raison de leur forme en trois dimensions non seulement souvent complexe, mais systématiquement différente à chaque fois ?

« C’est de cette prise de conscience qu’est partie notre idée de nous focaliser sur le recyclage, ce d’ailleurs pour plusieurs raisons. Premièrement, il est plus facile d’obtenir des financements pour des projets écologiques, du fait de l’importance grandissante accordée aux questions environnementales : c’est bien pour cela que le recyclage, notamment, est perçu en ce moment comme très « tendance », comme l’indique le fait que les médias s’intéressent beaucoup à notre activité. Par ailleurs, le contexte fait que toutes les entreprises souhaitent développer leurs stratégies écologiques. Par conséquent, la combinaison recyclage-robotique, tendance en plein essor là aussi, était vraiment le créneau parfait pour nous. D’ailleurs, nous adorons indifféremment les deux activités constitutives de la combinaison. »

Le produit ZenRobotics Recycler représente le fruit d’un vaste programme de recherche issu d’une étude révolutionnaire portant sur les domaines de la neurobiologie et de l’apprentissage automatique ; Harri Valpola, initiateur de ces recherches qui se sont prolongées pendant 20 ans, est aujourd’hui le principal responsable scientifique de ZenRobotics.

En l’état actuel, le produit de ZenRobotics est conçu uniquement pour les déchets de construction et de démolition, mais nous avons le projet d’étendre le champ d’action du robot à toutes sortes de déchets solides, notamment les déchets métalliques issus de la grande consommation et les déchets dangereux. Etant donné que le recyclage implique que l’on sépare les matières premières des détritus proprement dits, la tâche est actuellement trop complexe pour des robots classiques, d’où obligation de passer aujourd’hui encore la plupart du temps par l’intervention humaine pour l’exécution de ce travail, lequel se fait alors souvent manuellement et dans des conditions qui peuvent être très dangereuses.

A humains intelligents… robots intelligents

Photo: ZenRobotics ZenRobotics, robot, recyclage, Finlande
Une voie prometteuse : le ZenRobotics Recycler sait reconnaître les objets recyclables et les extraire de la masse des détritus.

Alors que les robots industriels classiques sont équipés en général d’un nombre très limité de capteurs et ne sont capables de travailler que dans des conditions basiques et prédéfinies, leur champ d’action se limitant à des objets uniformisés et faits d’une matière donnée, le système de contrôle « bio-inspiré » du robot ZenRobotics Recycler tire parti d’entrées de capteurs multiples : ceci signifie que le robot fonctionne à la manière d’un cerveau humain, avec une capacité de procéder par tâtonnements successifs qui lui permet de prendre en compte les erreurs commises et ainsi d’améliorer l’exécution de la tâche en cours.

A terme, le cerveau du robot ZenRobotics sera en mesure de se constituer une vue d’ensemble cohérente de la situation qu’il lui est demandé de gérer, d’où sa capacité à récupérer ou rejeter les différentes matières véhiculées par le flux de déchets selon ce qu’on attend de lui. C’est précisément ce dernier aspect qui est inédit au sein de l’univers de la robotique, même si le grand public a tendance à croire le contraire après avoir peut-être vu un peu trop de films de science-fiction. A cet égard, Peltomaa insiste sur le fait qu’on n’a jamais encore disposé d’un mode d’analyse des déchets aussi fin et aussi sélectif que ce que propose son entreprise : « Nous sommes vraiment révolutionnaires dans ce domaine. »

Un choix à faire : croire ou ne pas croire au progrès

Même si un robot ZenRobotics Recycler coûte environ un million d’euros, ce prix étant une estimation, un marché existe bel et bien pour ce produit, et les clients sont là. Après avoir mené différents projets pilote avec la société Sita Finland, filiale de Sita Environnement, l’un des leaders mondiaux de la gestion de l’eau et des déchets, ZenRobotics a commencé à signer des contrats avec des clients internationaux de tous pays.

Si tout se passe comme prévu, nous aurons la possibilité de profiter bientôt d’un monde plus propre, où il fera de ce fait meilleur vivre : un monde où ce seront les robots qui accompliront les tâches les plus pénibles et les plus dangereuses, ce sans coûts salariaux, sans rechigner et sans les inconvénients actuels du travail en trois-huit.

On peut penser que cette évolution conduira les humains à moins tirer sur les ressources de la planète, à acheter avec plus de discernement et à mieux profiter de ce dont ils disposent.


Sur fond de musique anxiogène, la planète semble vouée à crouler sous les déchets… jusqu’au jour où l’espoir renaît. (vidéo en anglais)
 

Link:

ZenRobotics

Bookmark and Share

Rate this article:

average: 0 / total: 0

© 1995 - 2014, voicilaFINLANDE
Publié par Finland Promotion Board
Produit par le Ministère des Affaires Etrangères de Finlande, département communication et culture, et l’Ambassade de Finlande à Paris